Escutcheon Athletics and the Toms & Bitches of Turtle Island

 

 

JD-escutcheon002web

Escutcheon Athletics and the Toms & Bitches of Turtle Island

11th January to 15th February

Artist Talk: 

Escutcheon Athletics | part 1

Escutcheon Athletics | part 2

 

Escutcheon Athletics on Vimeo

Closing Party | Friday 15th February, 7pm

 

Escutcheon Athletics is the conceptual practice of the Artist, A Master Factotum of the Arts. The Athletics are a system of ritualized labors he employs as lifestyle art, in which the experience of process is weighed against the commodity-nature of a finished artwork.

A practical necessity (keeping warm on his bike) has brought the Ceinture Fléchée to the artist’s attention. Ever the craft voyeur, his curiosity for process compelled him to make his own. Searching the internet for finger-weaving, he accidentally stumbles into a rabbit-hole of youtube videos, only to emerge amidst a sea of Japanese craft Masters. Language is no barrier to his factotumhood as he begins learning anew at the distant hands of ephemeral masters. Attempting to juggle a conceptual Assumption Sash with the lessons from his silent mentors, the artist is not waylaid in the quest for his deepest professional ambition; to be described in a novel by fellow expatriated American William Gibson.

Causerie et présentation vidéo samedi 12 janvier, 14 h

Soirée de clôture vendredi 15 février 2013, 19 h

L’Athlétisme d’Escutcheon est une pratique conceptualisée par l’Artiste, un Maître factotum des Arts. Cet Athlétisme est un système de travail ritualisé qu’il incarne comme style de vie artistique, une expérience qui compare le processus à la nature d’un objet d’art complété que l’on peut vendre.

Un besoin pratique (se garder chaud quand il est sur son vélo) lui a fait découvrir la Ceinture Fléchée. Toujours à l’affût de l’art artisanal, sa curiosité par rapport au processus l’a poussé à vouloir en faire une lui-même. Une recherche sur l’Internet sur la technique du fléché l’a vu tomber par hasard dans un terrier de lapin de vidéos YouTube, pour enfin se retrouver parmi une mer de maîtres artisanaux japonais. Il n’y a aucune barrière linguistique dans cet apprentissage de factotum alors qu’il apprend à nouveau grâce à l’expertise des mains lointaines de ces maîtres éphémères. Alors qu’il tente de jongler la conceptualisation d’une ceinture de l’Assomption en suivant les leçons de ses mentors silencieux, l’artiste continue sa quête pour venir à bout de son ambition professionnelle profonde; qui sera décrite dans un roman par son compatriote expatrié l’Américain William Gibson.

Traduction : Simone Hébert Allard