Current Exhibitions

The Maritime Plaza Hotel | Cameron Forbes

Launch Friday 18 May  |  Artist talk 7pm, 18 May

18 May – 22 June 2018

Built in 1964, the mushroom-shape of Montreal’s Maritime Plaza Hotel was a local iteration of a larger movement towards circular constructions, reproducing a hopeful gesture towards a future utopia, one that never would come to be.

Inspired by the Plaza, Forbes’ painting and drawing based installation conjures and amplifies the transitoriness that such places inhabit in twenty first century life. Occupying both a past iteration of an expected bright future while crises that inform current architecture leave such buildings obsolete is deeply uncanny.

The work explores this via observation, repetition and staging. By looking outward through the Plaza’s framed and curtained windows as well as inward to its oxidizing décor, the movements between interior and exterior, public and private, the grid and the curve, the past and the future break from their binaries to form a hyperobject that is both beautiful and unsettling.

Image: Plaza Windows, Acrylic and Oil on board (2016) 54″ x 90″ each, Cameron Forbes

 

 

Du 18 mai au 22 juin 2018

Vernissage et causerie d’artiste : le 18 mai 2018 à 19 h

Construit en 1964, le Montreal Maritime Plaza Hotel, un bâtiment ayant la forme d’un champignon, représentait une itération locale d’un mouvement plus large qui se prêtait à des constructions circulaires, reproduisant un geste d’espoir envers une utopie future qui n’a jamais vu le jour.

Inspiré par la Plaza, l’installation de Forbes, basée sur des peintures et des dessins, évoque et amplifie l’élément transitoire qui habite ce genre de construction au 21e siècle. Cette itération antérieure d’un futur prometteur s’interpose en plein milieu des crises qui informent l’architecture courante, faisant en sorte que de tels bâtiments voués à l’obsolescence semblent un non-sens.

L’œuvre explore ceci par l’entremise de l’observation, de la répétition et de la mise en scène. En regardant vers l’extérieur par les cadres de fenêtres garnis de rideaux et en regardant vers l’intérieur au décor qui s’oxydise, les mouvements intérieurs et extérieurs, le public et le privé, la grille et la courbe, le passé et le futur s’éclatent de leur dyade pour former un ‘hyperobject’ qui est beau tout en étant troublant.

 

Image : Plaza Windows, acrylique et peinture à l’huile sur tableau (2016) 54″ x

90″ chacun, Cameron Forbes

Traduction : Simone Hébert Allard